Le spécialiste du voyage responsable

Inde Kumbh Mela, la plus grande fête hindoue a débuté hier

55 jours de fête, 100 millions d’Indiens, une célébration qui n’a lieu que tous les 12 ans, et le Gange investi par des nuées de pèlerins en tous poils, telle est la Kumbh Mela, le plus grand festival religieux au monde.

C’est dans la mythologie hindoue que la Kumbh Mela trouve son origine : quelques gouttes du nectar de l’immortalité seraient tombées sur quatre villes indiennes, Allahabad, Nasik, Ujjain et Haridwar lors d’un combat entre dieux et démons. Toutes les quatre vivent depuis au rythme des festivités qui ont lieu une fois tous les douze ans, durant 55 jours.

La Kumbh Mela, c’est des visions incroyables de millions de dévots qui se jettent à l’eau afin de se purifier, les sâdhu en premier qui, entièrement nus, s’immergent totalement avant de se couvrir le corps de cendres. L’effervescence est maximale, les eaux du Gange grouillent de fidèles venus des quatre coins du pays pour se baigner à leur tour dans ces eaux sacrées, des fleurs flottent, des processions rivalisent de splendeur, en bref, c’est "l’Inde toute entière (qui) frémit" comme l’écrivait l’historien et romancier Mircea Eliade. "Les villages s’agitent, les monastères se vident, des grottes de l’Himalaya descendent des ermites nus barbouillés de cendres, de la côte de Malabar, du cap Comorin, du golfe du Bengale, des monts Vindhya, du désert du Thar convergent des charrettes de toutes sortes, des cortèges de moines, des bandes de chemineaux, des troupes de lépreux, des suites de rajahs, des coches bondés de femmes cachées par des rideaux blancs, des trains pleins de citadins, une foule prodigieuse assoiffée de sainteté : les pèlerins de la Kumbh Mela."

Un spectacle haut en couleurs que ce pèlerinage vers Allahabad ou "ville de dieu". Pour vous en faire une petite idée en images, feuilletez donc le portfolio du Parisien

ARTICLE ÉCRIT PAR :
Fondatrice le
Laisser un commentaire