Le spécialiste du voyage responsable

Agra et Lucknow Soutenez les survivantes avec Sheroes Hangout

En Inde, les attaques à l’acide font environ trois-cent victimes par an et touchent principalement les femmes. Les raisons peuvent être diverses (culturelles, communautaires, religieuses, acte de vengeance ou de punition) mais l’auteur reste dans la majorité des cas un parent proche. Encore aujourd’hui, la situation des femmes en Inde reste compliquée. Elles font face à de nombreuses difficultés dans un pays qui se doit d’avancer sur la question des femmes en général et sur ce sujet en particulier. Sheroes fait parti de ces acteurs qui permettent aux pays d’évoluer et d’avoir un nouveau regard sur ces questions sociétales et humaines.

Une situation ancienne, que récemment prise en compte

Les attaques à l’acide ne sont pas toujours référencées. Pour cause, beaucoup de femmes nient ou cachent ce qu’elles ont subi en raison de la pression sociale ou par peur de représailles. Ce qui rend l’appréciation de ce phénomène d’autant plus difficile par les institutions et les équipes de Sheroes.

Mais face au patriarcat, les choses avancent, comme le montre la gigantesque chaîne humaine longue de 620km du 1er janvier dernier ; un mur de femmes faisant face à l’interdiction d’accès au temple de Sabarimala.

Une entrée refusée par des traditionalistes, aux femmes se trouvant entre la puberté et la ménopause ; un interdit pourtant levé par la cour suprême indienne en octobre 2018. Suite à ce mouvement spectaculaire, quelques femmes ont pu pénétrer dans ce temple, sous protection policière.

Les attaques à l’acide sont quant à elles reconnues depuis 2013 comme un crime par le droit pénal indien et est puni de prison ferme.

Un acte aux conséquences désastreuses

Les survivantes vous diront que ça n’a pris que quelques secondes. Quelques secondes, c’est tout ce qu’il aura fallu pour que leurs vies basculent. L’acide mange et grignote tout : vêtements, peau, cheveux. Les conséquences sont désastreuses, tant sur le plan psychologique que physique.

Le visage permet de se définir en tant qu’individu. Il nous représente face au monde. Le perdre, c’est perdre une grande partie de sa personnalité et de son estime de soi.

Une atteinte physique irréparable mais une reconstruction psychologique possible

L’objectif de Sheroes est d’apporter un soutien moral et médical aux survivantes car beaucoup ne reçoivent aucune aide ou soins après l’attaque.

Bala, Farah, Ritu et Dolly ont toutes une histoire différente. Elles ont trouvé auprès de Sheroes et de son équipe la force de surmonter ce traumatisme et de continuer à vivre. Une façon pour elles de redéfinir les normes en matière de beauté et d’apparence.

La majeure partie d’entre elles travaille au Sheroes café, que ce soit à Agra ou Lucknow, ce qui leur permet d’avoir un emploi, synonyme d’indépendance financière et une vie sociale. Sheroes leur donne l’opportunité de reprendre le contrôle de leur vie.

Le café Sheroes Hangout Agra

Le café Sheroes Hangout de Agra à ouvert le 10 décembre 2014. Il est entièrement géré par les survivantes. Ces survivantes sont issues de divers milieux et disposent de différents niveaux de compétences. Elles proposent un lieu chaleureux, plein de couleurs, pour prendre un café entre amis, lire un bouquin ou travailler. Le Sheroes Hangout dispose d’un restaurant de qualité avec un large choix de plats indiens aux recettes originales. Et c’est vous qui définissez les prix, la participation est libre.

L’idée première de Sheroes Hangout était de créer un lieu de rencontre avec les survivantes pour sensibiliser le grand public aux attaques à l’acide tout en proposant un refuge aux survivantes pour leur permettre un nouveau départ.

Hashish, directeur de l’association et fondateur de Sheroes Hangout Agra, définit ce lieu comme « un centre d’activité permettant aux personnes de réaliser et de réfléchir aux diverses questions sociales de notre société ».

Il était élève en école de journalisme lorsqu’il a commencé à militer. Tout d’abord contre la corruption puis il s’est progressivement engagé auprès des femmes à la suite de récents événements rendus public (agressions sexuelles, violence conjugales, inégalités).

En application de l’un des plus célèbres préceptes de Gandhi, "Soyez le changement que vous voulez voir dans le monde", Hashish raconte comment il a dû se changer lui-même avant de pouvoir aider les autres, faisant lui-même parti des individus privilégiés de cette société qu’il définit comme patriarcale.

Il explique qu’il était important de créer une histoire, un environnement à ce phénomène, de susciter le débat et la discussion mais aussi de mettre en place une forme de pression au niveau des dirigeants pour que la réglementation change. Grâce à eux, la loi prévoit aujourd’hui, non seulement une sanction pour les responsables mais également des dommages et intérêts pour la victime ainsi que des soins médicaux gratuits.

Il existe actuellement deux Sheroes Hangout en Inde. L’un à Agra et l’autre à Lucknow. Ils sont tous deux devenus une référence et les locaux s’y réunissent souvent, notamment à l’occasion d’événements culturels organisés par l’équipe. L’ambition de Sheroes serait d’ouvrir d’autres Hangout et de développer des projets et des formations personnalisées à destination des survivantes pour leur permettre de réaliser leurs rêves.

Si vous souhaitez soutenir un peu plus l’initiative, n’hésitez pas à acheter les quelques tableaux, t-shirts et livres proposés à la vente directement sur place, en partenariat avec l’école d’art de Agra ou bien rejoignez l’équipe et devenez volontaire !

Sheroes Hangout
Opp The Gateway Hotel (Taj View) Fatehabad Road,Agra
Ou adj. LMRC Office, Opp Ambedakar Park, Gomti Nagar
Lucknow

Email : sheroeshangout@gmail.com
Tél. : 0562-400-0401
ARTICLE ÉCRIT PAR :
Cindy Picard le
Laisser un commentaire